Alors pour ceux qui ne seraient pas en spé philo (dommage pour eux, ils vont louper les Académiques de Cicéron et le passionnant Traité de Morale de Malebranche, c'est vraiment pas de chance...), je vous explique un peu comment ça se passe les cours. La première chose, c'est que vous êtes censés être des spécialistes de philosophie mais que, quelle que soit la manière dont vous vous y prenez pour apprendre vos cours, lire vos oeuvres et lécher les bottes du prof, vous n'êtes clairement pas au niveau, ce qui autorise le prof à vous prendre pour des imbéciles heureux. C'est d'autant plus flagrant qu'on n'est généralement pas très nombreux à s'inscrire dans cette spécialité (nous étions huit cette année, et c'était un record).

 

Le but du jeu est de faire le commentaire intégral de deux oeuvres de philosophie, généralement assez compliquées, en une année scolaire. C'est un challenge pour le prof, qui doit condenser un max. Et c'est un challenge pour les élèves qui doivent s'accrocher, et bien connaître leurs deux oeuvres à l'avance (il faut donc bien les avoir lues et préparées pendant l'été, pas comme moi l'année dernière où j'en avais ouvert aucune des deux, et pourtant, ce cher Bergson s'est révélé une lecture particulièrement instructive). L'ensemble du cours est de l'explication de texte (uniquement extrait des deux oeuvres, logique), avec parfois des références aux autres oeuvres des auteurs au programme, ou des auteurs qui les ont critiqués, etc. De temps en temps, on développe oralement quelques exemples. L'ensemble du cours est donc, par sa structure explicative par défaut, ennuyeux et monotone, et votre motivation va beaucoup dépendre de ce que vous comprenez de l'auteur et de vos affinités avec sa théorie. Je sais, dit comme ça, ça donne pas envie. Mais après, c'est une question de goût. Ok, Cicéron et Malebranche me gavent, mais en les ayant juste lus, j'ai déjà appris plein de choses, et je ne demande qu'à résoudre les mystères philosophiques qui se sont imposés à moi lors de cette première lecture naïve.

 

Donc pour prendre des notes lorsqu'on ne fait QUE de l'analyse et du commentaire de texte, c'est très simple. Il faut prendre en notes tout ce que le prof dit d'intéressant et à quoi vous n'aviez pas pensé. Autrement dit, il faut TOUT prendre en notes. Donc prenez votre stylo fétiche, et procédez par points (ou par tirets, c'est pareil, et si vous n'avez toujours pas compris, c'est le même principe que les listes à puces). Une idée explicitée = un point. A la ligne. Un exemple développé = un point. A la ligne. Une référence à un autre auteur = un point. A la ligne et ainsi de suite. Chaque point développé fait plusieurs lignes, mais pas trois pages non plus. Visuellement, les idées doivent s'enchaîner rapidement, afin de faciliter leur apprentissage. Changez de page pour chaque nouveau chapitre, et pour plus de clarté, notez en gros en rouge le titre du nouveau chapitre. Dans la marge, notez régulièrement la page où on en est, pour ne pas vous perdre pendant vos révisions, et retrouver rapidement le texte source. 

 

De toute façon, votre cours sera long et monotone, vous ne pourrez pas y échapper. Donc mon astuce, c'est d'éviter d'avoir trop de répétitions. Pour cela, quand vous sentez que votre prof est en train d'expliquer une idée, attendez qu'il ait bien fini, puis faites-vous vous-mêmes un petit résumé de ce que vous avez compris de ce qu'il a dit, et enfin, notez l'idée. Ca vous évitera des notes trop prolixes qui rallongent inutilement des révisions déjà fastidieuses.

 

Autre astuce : étant donné que visuellement, votre cours aura l'air monotone puisque tous vos points se ressemblent, je vous suggère de tracer dans la marge des accolades de différentes couleurs pour distinguer les points-idée des points-exemple des points-référence. Comme ça, si vous décidez de ne réviser QUE les idées car vous vous rappelez bien des exemples et vous vous fichez des références (c'est souvent comme ça que je procède), vous ne perdez pas de temps. Le tri est déjà fait et vous pouvez ne lire QUE ce qui vous intéresse en vous référant à votre code couleur.