L'avantage de la khôlle de langue, c'est qu'il n'y a pas besoin de réviser trop de trucs puisque ce qui est valorisé, c'est justement la capacité du candidat à s'adapter à l'extrait de texte proposé sans essayer de plaquer ses connaissances. On peut effectivement y faire appel occasionnellement, mais en dehors de l'intro et de la conclusion, c'est à éviter, car le risque de la digression menace significativement un oral qui ne dure que vingt minutes. Cependant, malgré le fait que l'on doive valoriser la singularité de l'extrait (et cela n'est qu'une formalité dans la majeure partie des cas), une analyse de texte, quelle qu'elle soit, se fait toujours à partir du même schéma et des mêmes procédés. C'est un coup de main à prendre, et après, ça devient une routine. Comme ma langue vivante est l'anglais, mon article sera principalement centré sur cette discipline, mais il peut naturellement s'appliquer à d'autres langues pour ce qui est de la méthode.

 

014

 

Comment réussir sa khôlle d'anglais ?

1) Concernant la préparation à la khôlle, je dirais qu'il peut être utile de revoir tous les genres littéraires et périodes étudiés en khâgne. Vite fait quoi. Pour être à-même de cibler directement l'extrait. La deuxième préparation qui peut s'avérer utile si on est mauvais en anglais est de se remettre la langue en mémoire. Pour la prononciation, regarder un film en VO la veille peut se révéler instructif. Pour le vocabulaire, je vous renvoie à la liste non exhaustive de structures et de mots très pratiques qui est ici.

2) Après la remise du sujet, prenez dix minutes pour lire une fois ou deux le texte en essayant de le comprendre dans sa globalité, sans paniquer devant un manque de vocabulaire qui est inévitable, mais rarement réellement préjudiciable. Après cette étape vous voyez (ou pas) où l'auteur veut en venir, et vous en ferez l'objet de votre problématique. Si vous ne voyez pas, vous pouvez aussi faire de cette ambiguïté essentielle du texte le fil conducteur de votre analyse. Dans tous les cas, ce que vous comprenez du texte est la base de votre problématique.

3) Commencez à rédiger votre intro en commençant par des banalités : nom de l'auteur, époque, titre de l'oeuvre, nom des personnages, intrigue, genre de l'extrait (tragédie, comédie de moeurs, poème autobiographique, fiction historique, etc) et éventuellement le mouvement auquel il se rapporte (baroque, réalisme, absurde, etc.) Puis faites rapidement l'inventaire de ce que vous allez dire du texte en lui-même, et tirez-en le thème principal. Une fois que vous avez ce thème, articulez-le avec la particularité langagière du texte, et vous avez votre problématique. Par exemple, je suis tombée sur une comédie de moeurs de Sheridan dont le thème principal est la critique de la bourgeoisie et de la noblesse. Mais Sheridan montre qu'une simple plaisanterie entre amis révèle en fait les non-dits politiques d'une société décadente. Ma problématique, validée par le professeur, est donc : to what extent does the apparent deriding of nobility turn out to be in this excerpt a talentuous demonstration of how language reveals true values of the society ?

4) Pour trouver les grandes articulations du plan, il faut s'appuyer sur le texte de manière moins globale. Je fais toujours deux parties en khôlle car je n'ai pas le temps pour une troisième partie. Donc je tire deux aspects du texte qui m'ont frappée à la lecture et qui contribuent à répondre à la problématique. Souvent, ma première partie est dédiée à l'ambivalence du texte (il ne colle jamais parfaitement à son genre) et je nuance donc ce que j'ai dit dans l'intro. Par exemple : la critique de la société n'est jamais univoque, dans ce texte elle est clairement mise en abyme. Ma deuxième partie, d'ordre un peu plus philosophique, fait l'éloge du langage en montrant comment, par quels procédés, l'auteur parvient à véhiculer des valeurs (ou non) et finalement s'il atteint ou non son but. 

5) Ensuite, il faut se plonger vraiment dans le texte pour réussir à dégoter six sous-parties cohérentes et argumentées. Pour ce faire penchez-vous sur des éléments qui sont souvent significatifs et qu'il est rare de ne pas trouver. D'ailleurs, même si on ne les trouve pas, cette absence fournit justement matière à commenter : les marqueurs temporels, le ton et le niveau de langue du narrateur ou des personnages, le nom des personnages, les codes ou les clichés, les valeurs mises en cause ou défendues, le respect des conventions, etc.
Important : n'oubliez pas de citer le texte. Comme vous n'aurez jamais le temps de reporter toutes les citations au brouillon, choisissez une couleur par sous-partie et soulignez directement dans le texte avec le même code couleur.
Très important : pensez à conclure la fin de vos parties par un innocent petit And I think that's what makes the originality and the worthiness of this text qui renforce l'illusion que vous avez bien compris pourquoi on vous a donné cet extrait et pas un autre.

6) Il est important à l'oral de donner à votre examinateur l'impression que vous exposé est réellement structuré. Pour cela, même si votre brouillon vous semble un bordel innomable confus, vous pouvez encore bluffer. Gardez-vous cinq-dix minutes pour écrire intégralement vos transitions (en ce qui me concerne il n'y en a qu'une puisque je n'ai que deux parties). Elles seront ainsi plus facilement repérable pour la personne qui vous écoute et vous maintenez ainsi l'illusion que vous maîtrisez la progression de votre argumentation tout en vous soumettant aux codes académiques.

7) Comment s'exprimer ? C'est souvent beaucoup plus difficile que dans les autres matières car tout le monde n'est pas obligé de parler couramment anglais, et d'une manière générale, transmettre ses idées dans une langue qu'on a du mal à maîtriser destabilise. C'est pourquoi il faut avoir réfléchi à comment vous allez amener la chose. Avec subtilité et délicatesse, comme toujours. Evitez à tout prix les so intempestifs et surtout en tête de phrase (c'est un tic comme le fameux donc en français, je sais que c'est difficile à contrôler, mais les profs nous font sans cesse remarquer qu'ayant une valeur consécutive, so ne peut servir à démarrer l'argumentation). Mieux vaut commencer directement par This is an excerpt from... sans chichis et d'un ton dynamique. Pour introduire la problématique, le fidèle That's why we may wonder... est toujours fort utile. Et pour annoncer le plan, je dis In my first part, I will study how + verbe ou bien And in my second part we'll see the + nom. En ce qui concerne la lecture du texte, c'est plus épineux à annoncer. Généralement, je me contente de poser la question à l'examinateur Shall I read the text ? C'est assez pratique.

8) Enfin, si vous ne savez pas comment donner à votre discours une apparence d'argumentation, ce doit être que vous n'utilisez pas un vocabulaire assez précis ou varié. C'est pourquoi je me propose de vous fournir cette petite liste non exhaustive de termes qui font chic et qui donnent un crédit considérable à votre analyse, car il me semble que même si, en anglais, c'est globalement du cinquante-cinquante, la forme peut primer sur le fond.