mercredi 8 août 2012

Les cours de latin

  J'ai toujours pensé que les notes de latin n'étaient pas absolument indispensables à une réussite khâgnale. Ma conviction est que les notes de latin servent davantage à nous faire baisser les yeux quand le prof cherche un volontaire, qu'à véritablement garder une trace écrite fiable du cours. Mais étant particulièrement mauvaise dans cette discipline, je suis peut-être mal placée pour en parler... Voici toujours l'expérience que j'ai de mes cours de latin de prépa et la méthode de prise de notes que j'en ai déduite.  ... [Lire la suite]

jeudi 2 août 2012

Les cours d'anglais

  J'ai été choquée en hypokhâgne de voir qu'en fait les cours d'anglais de prépa n'ont rien à voir avec les cours d'anglais du lycée. Et c'est dommage, parce qu'au lycée on APPREND à parler anglais (c'est ça qui est intéressant et vivant), alors qu'en prépa, on est censés parler anglais couramment, et par conséquent, on fait de la littérature, mais en anglais. C'est pour ça que je trouve les cours d'anglais assez inutiles dans la mesure ou c'est du commentaire de texte. Le commentaire de texte, comme vous le savez, ça ne... [Lire la suite]
samedi 7 juillet 2012

Prendre des notes d'histoire

  Je vous fais de nouveau part de mes conseils avisés afin de vous guider dans la prise de notes en histoire. Vous pouvez, comme de nombreux khâgneux maintenant, choisir de renier votre condition d'érudit lettré et taper tout ce que dit le prof sur votre PC car vous savez taper sur un clavier plus vite que la musique et vous donner cet air benêt et légèrement abruti des "geeks" qui passent leur vie derrière un écran à jouer à tuer des zombies en se prenant pour un elfe. Mais je vais vous dire une bonne chose.  YOLO. Seuls... [Lire la suite]
mercredi 4 juillet 2012

Prendre des notes de littérature

  Suivre un cours de littérature me paraît une expérience différente et pleine de surprises à chaque cours, ce qui la rend difficile à cerner, c'est pourquoi je choisis de traiter cette question en deuxième. Cette matière se prête en effet particulièrement aux digressions récurrentes des professeurs de littérature qui sont généralement des êtres passionnés dont le plus grand plaisir est de nous parler démesurément des oeuvres qu'ils idôlatrent et de négliger les oeuvres au programme, ce qui est très pratique en khâgne.... [Lire la suite]