vendredi 22 novembre 2013

Hommage à Eisenstein

  Aujourd'hui, j'avais envie de vous montrer le petit film que j'ai réalisé en juin dernier, avec mes khâmarades de cinéma audiovisuel. A l'origine, nous l'avions tourné à l'occasion du festival de khâgne, le 7 juin. C'était un peu l'aboutissement de notre année de cinéma, et nous avons voulu rendre hommage au programme et à notre étude assidue du cinéma soviétique des années 20. Mais finalement, nous n'avons pas pu le projeter ce jour là, parce que nous avons rencontré tous les problèmes techniques possibles et imaginables, et... [Lire la suite]

jeudi 20 juin 2013

La spécialité cinéma

  Comme prévu, j'ai choisi de vous faire partager l'expérience de khâgneux cinéastes, afin que vous sachiez à quel point une option artistique peut se révéler intéressante, à bien des égards. Pour cela j'ai posé quelques questions à Mégane, Adrien et Ariane. Mégane est une jeune khârrée intrépide, dont le cinéma et tout particulièrement le cinéma soviétique des année 20 est la grande passion. Adrien, cinéphile passionné, khûbe vaillamment à mes côtés en menant de front la double spécialité cinéma et lettres modernes. Ariane est... [Lire la suite]
Posté par Kharoline à 17:02 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 2 novembre 2012

Hommage à Koulechov

  Cette année le programme en Cinéma Audiovisuel, c'est le cinéma soviétique des années 20. Je l'avoue sans vergogne, au début, je n'étais pas franchement emballée, et j'envisageais même de passer la philo à l'écrit, c'est dire... Dans mon esprit, cinéma soviétique des années 20 ça sonnait surtout comme cinéma muet et propagandiste donc chiant (oui, je sais, pour une "cinéphile", je tire des conclusions drôlement hâtives). La mort dans l'âme, j'ai attaqué une biographie d'Eisenstein qui n'avait... [Lire la suite]
mardi 16 octobre 2012

La khôlle de cinéma

  Je viens de la passer, c'est tout frais dans mon esprit, j'ai eu une note potable (13), c'est donc le moment où je peux le mieux vous en parler. La khôlle de cinéma fait partie de ces khôlles "cool" où y'a rien (ou presque) à réviser. Il suffit juste d'avoir son petit bagage perso (batterie d'exemples polyvalents recasables dans toutes les matières ou les références principales du programme, le cinéma soviétique des années 20 en l'occurrence). J'ai eu la chance de me battre pendant deux heures sur un extrait trépidant de La... [Lire la suite]