jeudi 3 janvier 2013

La khôlle de latin

  Si vous me connaissez un tant soit peu, vous savez que je suis une grosse quiche moisie en latin. Déjà je déteste le latin, je trouve que c'est inutile et beaucoup de peine pour pas grand-chose, et surtout c'est source d'un désespoir qui pourrait nous être épargné en khâgne compte tenu de la masse déjà insurmontable de travail que nous avons à torcher. Bref, continuer à nous faire étudier cette matière contre notre volonté me semble débile, d'autant que je suis certaine qu'il y a suffisamment de volontaires et de personnes... [Lire la suite]