Le froid est arrivé, certes, mais les vacances aussi, donc ça compense avantageusement à mon sens. Cependant, vous êtes en khâgne, et vous sentez très bien que malgré le relâchement très net de pression qui vous libére provisoirement de vos lourdes chaînes, ces deux semaines ne vont pas être quinze jours de tournage de pouces. D'ailleurs vous commencez déjà à culpabiliser, parce que vous êtes encore en train de traîner sur Internet, alors que vous vous étiez juré il y a deux semaines de vous constituer un programme de travail et de révisions intenses pour les vacances afin de rattraper tout votre retard et même, ô chimère suprême, de prendre de l'avance. Vous y aviez même cru, avouez. Que vous êtes naïf...

 

025

 

 

Je ne peux hélas pas vous apprendre à respecter votre programme de travail de quinze heures par jour si vous n'êtes pas capables de vous y coller et c'est normal car vous n'êtes pas Chuck Norris, et vous avez été trop ambitieux, très cher. De toutes manières, un programme de révisions, globalement, ça ne sert à rien. Il ne sera jamais respecté et vous avez passé plus de temps à l'élaborer qu'à travailler véritablement. La vraie solution, c'est d'ouvrir son agenda pour savoir ce qu'il y a à faire, et D'Y ALLER, bon sang ! A un moment, faut s'y jeter ! Pas chercher à tous prix à gagner du temps en se disant "tiens et si j'allais glander juste une minute sur Facebook ? [ça n'a aucun rapport mais si vous pouviez liker ma page au passage je vous en serais éternellement reconnaissante] oh, rien qu'une minute, ça ne sera pas long et après, promis-juré, je travaille. A partir de dix notifications, je commence à travailler, je m'en fais la promesse solennelle" ou alors en se disant "je vais recopier tous mes cours à l'ordi, comme ça, ça sera mieux présenté et je pourrai mieux apprendre. Oh tiens, et si je faisais des fiches aussi ? Ca sera beaucoup plus pratique ! Bon je fais ça, et quand j'ai fini, dans douze ans, je commence à bosser."

 

En revanche, je peux vous dire en gros les techniques qui fonctionnent pour ne pas passer vos vacances à contribuer au développement inéluctable de votre scoliose, et cependant réussir à faire votre job et rattraper votre retard. Admettons que nous nous accordions un weekend de pure détente. Et ensuite on s'y colle, mais VRAIMENT. Attention, on ne s'en débarrasse pas. On le fait. Et après on a le sentiment riche et merveilleux d'une plénitude et d'une perfection infinies et infiniment gratifiant qui nous laisse béat pendant deux à quatre jours hors khâgne.

 

1) La première chose consiste à faire une liste (et pas un programme) avec : en rouge, ce que vous avez à rendre et en bleu : le travail cursif personnel. Ca prend dix minutes, pas de panique donc. C'est important car inconsciemment, vous allez assimiler l'idée qu'en fait, ce que vous avez à faire se présente sous la forme d'une série.

2) Deuxième étape : parmi tous les trucs en rouge, on commence par le plus rapide, donc les versions et les thèmes (lettres classiques ou langues vivantes). Le mieux serait de toutes les faire dans la même journée. Une version, ok c'est difficile, mais quand même, quand on s'y met vraiment, c'est plié en deux ou trois heures. Admettons que vous en ayez deux (c'est mon cas) : une en latin et une en anglais, on en fait une le matin et une l'après-midi et en une journée on a déjà rayé deux trucs dans la liste. Nan mais c'est pas cooly, ça ?

3) Troisième étape, plus chiante mais inévitable : les profs auront sans nul doute compte tenu de leur esprit intrinsèquement sadique profité des vacances pour vous donner des dissertations et des commentaires en partant du principe que, puisque vous êtes en vacances, vous n'avez que ça à foutre. Mais n'attendez pas pour les faire. Attaquez le lendemain des versions. Si vous avez une dissertation et un commentaire (c'est mon cas), faites-en un par jour et commencez par le plus court. Evidemment, cela peut déborder sur plus d'un jour. Par exemple, je sens que ma dissertation de cinéma va nécessiter plus d'un jour de recherche et de visionnage de films, ça me fera donc un jour de recherches ET un jour de rédaction.

4) Nous en sommes donc à quatre jours de vacances bousillés. Quatrième étape : attaquer le travail écrit en bleu sur votre liste. Il s'agit généralement d'apprendre ses cours. Enfin, plus qu'un apprentissage, disons une relecture attentive. Je vous conseille, comme d'habitude, de prendre un jour par matière pour éviter l'overdose. Premier jour : relecture de vos cours d'histoire, méthodiquement, par chapitre, en relisant aussi vos chronologies. Deuxième jour : relecture de vos cours de philo. Troisième jour : relecture de vos résumés d'oeuvres en littérature, car il est toujours bon de se les remettre en tête. D'ailleurs, vous pouvez profiter des vacances pour relire des extraits d'oeuvre, comme certains poèmes de Lamartine, ou même l'oeuvre entière si elle est courte, comme Dom Juan.  Et après, vous procédez de la même manière (une matière par jour) pour tous les trucs à apprendre : vocabulaire de latin, croquis de géo, commentaires d'oeuvres philosophiques, etc.

5) Vous pouvez aussi consacrer l'ensemble de vos vacances à la lecture d'une ou deux oeuvres hors programme. Plus de deux me semble trop ambitieux, mais après, évidemment, cela dépend de la nature et de la taille du bouquin. L'idéal, c'est de profiter des vacances pour lire un bouquin de philo et un bouquin de littérature, les deux naturellement proches du programme. Par exemple, la première semaine, je vais lire Les Fondements de la métaphysique des moeurs, de Kant et Allah n'est pas obligé de Kourouma la deuxième. On en lit un peu tous les jours et c'est nickel. Bon évidemment, je dis ça, mais là je suis plongée dans L'homme qui rétrécit de Matheson et qui n'a absolument aucun rapport avec le programme... Faites ce que je dis pas ce que je fais les gars. C'est les vacances, zut à la fin.