Je rédige cet article pour vous diriger dans la manière dont vous devez concevoir le travail que vous avez à faire. La réponse est simple. Vous le savez, en khâgne on a énormément de travail. Donc si vous voulez avoir une chance de vous en sortir, vous devez penser votre travail en termes de tâches achevées et non en termes de temps écoulé. C'est une règle, et c'est même la première règle à respecter si comme moi, vous êtes plein de bonne volonté et d'envie de réussir, mais si, comme moi, vous êtes un gros flemmard. 

 

Vous pouvez lire la suite de cet article s'il vous est déjà arrivé de vous dire : "bon, à 18h, j'attaque le boulot". Et à 18h02, vous vous êtes dit : "oh non, ce n'est plus un chiffre rond" et vous attendez 19h. Je crois bien que nous avons une prédisposition à vouloir travailler par tranches d'heures bien nettes. Les heures rondes nous attirent, mais je tiens à vous désillusionner : commencer votre boulot à 18h04 ou 18h07 ne le rendra pas pire qu'à 18h00. Alors quand vous arrivez chez vous à 17h30, pas la peine de vous dire que vous attaquerez le boulot à 18h. Restaurez-vous car il est important de bien manger après une journée de cours, puis glandez un peu mais pas trop. Et attaquez le travail. Sans regarder l'heure. En vous disant simplement "quand j'aurai fini, je pourrai faire autre chose" et non "dans une heure je pourrai faire autre chose". Par exemple, si vous avez une version à faire, commencez-la et ne vous arrêtez que lorsque vous avez effectué votre tranche de version pour la journée. Si vous avez un cours à apprendre, apprenez-le et ne vous arrêtez que lorsque vous le savez.

 

Raisonner comme cela demande dans un premier temps pas mal de volonté. Mais c'est simplement un état d'esprit à prendre, de nouveau un rythme à garder. Vous verrez qu'après chaque tâche effectuée, vous serez fier de vous. Cette sensation n'a pas de prix, comparée à la sensation de culpabilité qui monte en vous lorsque vous n'avancez pas parce que vous regardez la télé ou l'ordi en même temps que vous travaillez. Ne faites qu'une chose à la fois et concevez votre glandage comme récompense due après votre travail. Vous n'en travaillerez que plus vite et plus efficacement. C'est en procédant ainsi que vous habituerez votre esprit à se concentrer tout de suite sur ce qu'il a à faire. C'est très important de savoir se concentrer vite et cela fait partie de la méthode de travail que vous êtes censé acquérir en prépa (tout le monde vous en parle, j'en suis sûre, mais personne ne vous dit vraiment en quoi elle consiste). Cette fameuse méthode de travail, vous devez vous l'approprier, et cela vous demandera un effort. Mais vous verrez que cet effort est gratifiant et il portera ses fruits.

 

Si vous avez trop de trucs longs et différents à faire en même temps, il faut cependant vous limiter dans vos tâches. Ne vous dites pas "je vais finir mon commentaire de philo coûte que coûte" s'il est 21h et qu'il vous reste deux versions et trois cours. Déjà, anticipez vos cours en les apprenant (ou au moins en les lisant pour en faciliter l'apprentissage) dès que vous les avez. Et pour les versions, comme je vous l'ai déjà recommandé, divisez-les en parties égales proportionnelles au nombre de jours qu'il vous reste avant de les rendre. Commencez par ce qui est le plus court pour vous, toujours, quelles que soient les tâches à effectuer. Puis faites ce qui vous prend plus de temps mais sachez vous arrêter. Vous êtes un khâgneux, vous n'êtes pas une machine.