Vous l'avez sans doute remarqué, mais en prépa littéraire, il y a deux matières principales dans lesquelles il ne faut pas se planter : la littérature et votre spécialité. Et, très bizarrement, ce sont les deux matières qui ont un programme avec des oeuvres. Cet article sera centré sur la littérature et sur la spécialité philosophie, car c'est ma spécialité (YOU DON'T SAY!) mais il en va de même pour la spé lettres modernes et sans doute pour d'autres spés mais je n'en connais point le détail. Pour réussir sa khâgne, il vaut mieux connaître ces deux programmes, donc. Et par connaître, je n'entends pas simplement avoir une vague idée de ce dont ça parle. Ne vous contentez pas de chercher un résumé sur Internet. Par connaître, j'entends vraiment connaître, c'est-à-dire maîtriser, avoir une représentation précise de l'enchaînement des chapitres, des idées et des actions.

 

Je ne le répèterai jamais assez mais vous devez donc préparer les oeuvres au programme pendant l'été, et j'insiste sur le fait que vous devez le faire avant la rentrée, parce que si vous vous y prenez à la rentrée ou que vous attendez la veille du premier DS, vous aurez d'emblée du retard et vous serez morts. Je vous parle d'expérience. L'année dernière (lors de ma première khâgne), j'ai fait ma rentrée en ayant lu : La recherche de l'Absolu de Balzac une fois sans prendre de notes si bien qu'à Noël j'avais du mal à me rappeler le nom de tous les personnages, Phèdre de Racine et en ayant fait un résumé rapide de chaque acte qui n'a servi à rien, Alcools d'Apollinaire en n'ayant absolument rien compris et rien retenu ; et en n'ayant pas lu : Le Testament de Villon du tout car ça ne m'attirait vraiment pas, ni De l'Esprit des lois de Montesquieu car les premières pages m'ont saoûlée, ni L'essai sur les données immédiates de la conscience de Bergson, car je n'avais pas envie. J'ai été très imprudente et très feignante, je l'avoue. C'est pourquoi essayez au moins de tout lire au moins une fois avant de prendre des notes, car les trois oeuvres que je n'avais pas lues, je n'ai jamais eu le temps de les lire en entier pendant l'année, alors que c'est primordial de les avoir lue au moins une fois en entier pour en avoir le schéma narratif précis en tête. 

 

Faites donc cela : lisez d'abord et en entier. Puis faites le résumé et j'ai une restriction concernant le résumé : ne notez vraiment que les idées qui vous semblent utiles en vue de vos dissertes à venir. Pas la peine de faire de la paraphrase ou d'écrire des trucs que vous ne comprenez pas. Puis relisez vos résumés et citations d'oeuvres avant chaque DS. C'est en relisant que vous finirez par maîtriser les oeuvres. C'est en forgeant que l'on devient khâgneux.

 

Mais maîtriser une oeuvre, même si cela nécessite de bien la connaître, c'est aussi et avant tout savoir l'employer intelligemment de manière à argumenter une idée et donc la mettre en relation avec les axes du programme (qui s'y prêtent d'ailleurs souvent très bien, c'est le but). Donc prenez le temps de relire les oeuvres, ou même seulement des extraits des oeuvres pour essayer de noter des idées en relation avec les axes (littérature et politique, le roman, et l'oeuvre littéraire, ses propriétés, sa valeur cette année). Cela vous permettra d'appréhender l'oeuvre d'une manière originale et personnelle. C'est pourquoi vous devez le faire avant d'avoir eu les cours du prof. Cela vous donne l'avantage de vérifier que vous avez bien compris l'oeuvre, de suggérer vos idées à l'oral pour vous faire bien voir et vous intégrer, et accessoirement aider vos petits camarades, en tout cas enrichir le cours de votre participation, et d'ajouter les idées du prof (souvent très formelles) aux vôtres.

 

C'est pourquoi votre résumé d'oeuvre doit être personnel, plein de vos réflexions, ce ne doit pas être un simple résumé formel, cela serait inutile. Ecrivez ce qui a retenu votre attention. Cela pourra vous servir d'exemple original dans vos dissertes. Ayez toujours deux ou trois exemples par oeuvre appris par coeur et riches en idées originales préparées par vos soins des jours à l'avance à caser dans n'importe quelle disserte. Les citations tournent souvent autour des mêmes sujets. Je vous conseille de lire les dissertes de vos amis. C'est un travail long et pénible, surtout s'ils n'ont pas d'excellentes notes, mais essayez quand même de choisir les dissertations d'amis qui ont de bonnes notes. Cela vous permettra de vous inspirer des exemples des autres. Notez-les et ajoutez-les aux vôtres. Les autres ont souvent l'avantage de penser différemment de vous : enrichissez-vous de cette différence et accaparez-vous la. 

 

Concernant la spé philo, c'est surtout les idées qu'il faut retenir. Achetez les explications d'oeuvre toutes faites, c'est souvent utile pour comprendre ce qui nous a échappé et soulignez en rouge dans votre cours les idées les plus importantes et relisez-les très souvent. Relisez aussi très souvent les textes que vous avez eus à expliquer. Ce sont les plus parlants et ils vous replongent dans le style et les idées du philosophe. J'avais une copine en spé philo avec moi cette année qui me disait avoir le temps de relire l'oeuvre en entier avant chaque DS ou concours. Je lui ai demandé comment elle faisait et pourquoi (cela  me semblait moins primordial que de retenir les idées essentielles et quelques exemples). Elle m'a avouée qu'elle avait lu à voix haute chaque chapitre de l'oeuvre de Montesquieu et qu'elle s'était enregistrée, et que l'ensemble de la lecture prenait quatre heures. Elle pouvait donc réécouter l'oeuvre tout en pouvant faire d'autres trucs en même temps (d'autres trucs qui ne requièrent pas énormément d'attention, du genre, faire la vaisselle, ou ranger sa chambre) et à chaque fois, cela lui remettait les idées de Montesquieu bien en place. Ce n'est pas une technique que j'adopterais, personnellement, mais si elle convient à certaines personnes, je pense qu'après tout, ce n'est pas si mal trouvé !