dimanche 8 juillet 2012

Se préparer psychologiquement

 

Si vous allez rentrer en hypokhâgne :

Lisez des trucs mais sans plus. Profitez du fait que vous n'avez pas commencé l'année pour vous la péter auprès de vos amis qui vont à la fac. Si vous avez envie, essayez de lire les classiques de la littérature que vous n'avez jamais lus, mais que c'est bien d'avoir lu pour comprendre plein de trucs, et pour avoir une culture littéraire. Je vous ferai une liste non exhaustive de ces ouvrages plus tard. . Dites vous que des DS de 4h, c'est pas grand-chose et que sans concours à la fin, l'année sera plutôt tranquille. Personnellement, je n'ai pas vu de changement immense entre la terminale L et l'hypokhâgne. Je conseille donc aux moins feignants d'entre vous de profiter de cette année pour regarder plein de films ! Surtout si vous êtes en option cinéma audiovisuel comme moi ! Et de lire plein de livres ! Tenez vous un peu au courant de l'actualité, et ça devrait le faire. L'hypo, c'est tranquille. Quelques dissertes à faire chez soi de temps en temps, des DS de seulement 4h, même si c'est tous les samedis, ça reste très gérable. Ah, juste un petit conseil ! Allez bien en culture antique, ça vous servira pour vos cours de latin de l'année d'après si vous envisagez de faire une khâgne (j'ai personnellement amèrement regretté durant ma khâgne d'avoir séché les 2/3 des cours de culture antique en hypokhâgne). 

 

Si vous allez passer en khâgne :

Je vous plains, mais c'est aussi mon cas, donc essayons de nous motiver ensemble et de mettre toutes les chances de notre côté. Comme j'ai déjà vécu une khâgne, que je considère d'ailleurs un peu comme un échec (malgré mes bonnes notes, je n'ai même pas été sous-admissible... quelle opprobre...), je tiens beaucoup à réussir ma deuxième khâgne. Donc, pour vous préparer à la khâgne, il vous faut impérativement des objectifs qui tiennent la route et qui sont le résultat d'une longue réflexion. Car il est très facile de se démotiver quand on est en khâgne. L'échec est partout, et les profs nous le font ressentir. Même si vous avez beaucoup d'amis en khâgne et que vous travaillez ensemble avec solidarité, fraternité, que vous faites la fête ensemble et même si vous êtes les meilleurs amis du monde, reconnaissez que c'est toujours démoralisant de voir ses potes avoir de meilleures notes que vous, ou bien très gênant de les voir avoir de pires notes que vous. J'essaie de vous dire que, quelle que soit l'ambiance de votre prépa, et même avec les meilleures intentions du monde, la compétition reste la compétition, et c'est souvent pesant. C'est d'autant plus pesant que vous allez avoir la sensation de ne pas progresser, voire de regresser, peut-être. C'est surtout là qu'il ne faut pas flancher. Donc insérez-vous dans le crâne les objectifs susceptibles de vous remotiver à tout moment. Ils ne doivent pas changer en cours de route.

 

Mon deuxième conseil est de bien préparer le programme et les oeuvres au programme et de suivre les consignes de vos profs s'ils vous en ont donné. Ils savent ce qu'ils font, zut. Je vous ferai une petit liste d'ouvrages sympa (pas trop longue) que j'ai lus cet été pour préparer le programme de khâgne 2012-2013. Mais il faut d'abord que je les lise donc attendez. Vous avez bien sûr le droit de glander, il ne faut pas vous croire obligés de tout de suite bosser 8h par jour sur le programme, ça va vous tuer, et d'ailleurs, vous ne tiendrez pas la route. Mon erreur l'été dernier fut de me croire surhumaine. J'ai voulu bosser trop de trucs, et finalement j'ai négligé l'essentiel parce qu'au bout d'un mois, j'avais déjà plus envie de travailler. Donc allez-y mollo quand même. Cependant, il bien de ne pas rester plus d'une ou deux semaines sans travailler. Nous sommes des khâgneux, mais nous sommes quand même des humains, voyez-vous, et l'on s'habitue dangereusement à ne rien foutre quand on a encore deux mois devant soi. Donc préparez en premier les oeuvres au programme en vous reportant à mon article "préparer les oeuvres au programme" et étalez bien cette préparation de manière à ne pas travailler plus de 2h par jour (c'est à peu près mon rythme actuel et j'ai presque fini mes résumés d'oeuvres, nous sommes au 8 juillet et je suis très fière de moi...) et autorisez vous des heures de glande, mais pour ça je vous fais confiance. 

 

Mon troisième conseil est de parler avec des gens qui ont fini leurs études, ou qui ont déjà l'expérience d'une khâgne ou d'une hypokhâgne, et de vous inspirer de leurs méthodes et apprendre de leurs erreurs. Grandir de ses erreurs, c'est bien, mais c'est encore mieux de grandir de celles des autres, on gagne du temps. N'hésitez pas à me contacter. Je sais que j'ai l'air un peu péteuse, comme ça, mais en fait, je suis sympa. Et n'hésitez pas non plus à partager votre expérience en commentaires. Enfin, si vous en avez (de l'expérience hein, pas des commentaires).


Commentaires sur Se préparer psychologiquement

Nouveau commentaire