La chose à la fois la plus banale et la plus importante en khâgne est la prise de notes. Jusqu'à mon arrivée en hypokhâgne je ne voyais pas trop l'intéret d'étudier la question, mais à présent, il me semble essentiel de savoir prendre ses notes pour réussir sa khâgne. Aussi je vous conseille d'y réfléchir le plus tôt possible afin que cet aspect tout à fait trivial puisse rapidement laisser la place aux choses plus sérieuses. Il nous permettra cependant de bâtir les fondations d'un travail efficace et cohérent. Faites moi confiance, j'ai essayé avec une prise de note intelligente, et avec une prise de notes alawanegen, et le résultat est éloquent. 

 

Tout d'abord, j'ai remarqué une chose étrange, qui va même vous paraitre débile, mais vérifiable. On n'utilise pas le même stylo en fonction des matières. C'est parce que selon les matières, on n'a pas les mêmes besoins et la prise de note diffère. Certaines matières nécessitent une prise de notes rapide et presque irréfléchie, alors que d'autres nécessitent plus une prise de notes par points, plus précise, plus graduelle en fait. Je détaillerai la prise de notes par matière dans les prochains articles. 

 

Mes conseils généraux sont donc d'avoir plusieurs stylos, dont un bic et un à encre, et de préférence des stylos que vous affectionnez particulièrement, car si vous aimez votre stylo, vous prendrez plus de plaisir à écrire et vos notes s'en trouveront naturellement plus claires et mieux calligraphiées. Enfin, quand je dis que vous "prendrez du plaisir", on se calme, je ne dis pas que grâce à mon merveilleux conseil auquel vous n'avez jamais pensé qui est d'utiliser un stylo que vous aimez (c'est une astuce révolutionnaire, je compte déposer un brevet sous peu), vous allez avoir un orgasme en prenant vos notes sur un cours probablement trépidant. Je dis simplement que si vous avez vos stylos attitrés et que vous prenez vos petites habitudes très adaptées à votre emploi du temps, vous gagnerez en temps et en confort. Ok, tout ce blabla pour pas grand-chose, je le reconnais. 

Deuxièmement, je vous conseille de préférer les cahiers aux classeurs, c'est tellement plus pratique. Je vous conseille aussi d'avoir une pochette pour chaque matière et non un trieur. Sinon, on sombre rapidement dans le vice du trieur qui, au bout d'un mois, prend le volume et le poids d'un parpaing, et qui devient par conséquent très pratique à transporter et à consulter. Dans la pochette par matière (pochettes en carton coloré par lots de 10), on range : les feuilles polycopiées, de préférence au fond, car ce sont soit des textes de latin/anglais/lv2, soit des illustrations redoutablement inutiles d'histoire ou de français qu'on ne les relit jamais ; les copies de DS et de concours plutôt sur le dessus car il est très important de relire ses copies. Et c'est tout ! Pas de feuilles, je vous le répète, il vaut mieux un cahier. En prépa vous n'aurez pas le temps de bien ranger vos petites feufeuilles bien tapées en ordre dans votre classeur. Donc prenez un truc qu'on ouvre et on peut voir en un coup d'oeil ce qui a été écrit la dernière fois, et avoir à sa portée tout le programme de l'année. Evidemment, vous faites comme vous voulez, ce n'est qu'un conseil. 

 

Troisièmement, concernant la prise de notes à proprement parler, je vous donne mon ultime conseil, état de fait que je n'ai compris qu'à la toute fin de ma deuxième année (y'a deux mois en fait) : il ne faut écrire que ce qui vous intéresse ! Attention, je m'explique. Quand je dis ce qui vous intéresse, comprenez ce que vous êtes susceptible de recaser dans une disserte et donc ce que vous êtes capables de réexpliquer à vous-mêmes car vous l'avez bien compris. Cela implique de relire ses notes peu de temps après les avoir prises. En effet, il y a eu tant de fois cette année où je comatais à moitié pendant mes cours et où je prenais mécaniquement mes notes le regard dans le vide, l'air abruti, songeant à tout sauf au charabia que j'écrivais. Vous avez sûrement connu cette sensation où vous notez mot pour mot ce que débite le prof sans rien y comprendre, sans même essayer de le comprendre. Et bien, il faut éviter cela à tout prix. Il faut prendre des notes intelligentes. Ce n'est pas si dur, en vrai. Essayez, vous verrez. Essayer mes méthodes, c'est les essayer. Et donc, si vous avez des profs spécialisés dans l'art de la digression, comme cela fut mon cas cette année et l'année précédente encore plus, il faut apprendre à ne sélectionner et n'écrire que les infos qui réveillent votre intérêt, ce que vous savez que vous pourrez ressortir dans une disserte. Evidemment, vous me direz que dans certaines matières, toutes les infos sont utiles. Oui, mais non. Apprenez à sélectionner. Et généralement, les profs répètent et reformulent cinquante fois les idées. Cela ne fait qu'embrouiller vos cours encore plus. Ecoutez les idées sans les noter instantanément, pour les comprendre, les digérer. Ensuite, faites-en un résumé en quelques phrases, par points. Travail doublement efficace, car vous retiendrez d'autant mieux ce que vous avez vous-mêmes reformulé. Cela vous permet aussi de vous rendre compte tout de suite si y'a des points sombres dans le cours et de demander sur le vif une explication au prof. Ne me remerciez pas, je suis là pour ça.